Les Arts Sauts

Compagnie

Biographie de Les Arts Sauts

L'esprit de l'air

Les Arts Sauts sont nés en 1993 autour d'un verre entre amis. L'idée première était d'extraire un numéro de trapèze du chapiteau et d'en faire un art à part entière. Passionnés par le trapèze, obsédés par le même mode de vie - voler, ils créent après cinq mois de travail intense le premier spectacle des Arts Sauts (Sans titre!). Spectacle en extérieur, une structure Eiffel de vingt mètres de haut, sorte de mécano géant qui, une fois déployé, leur permettra de voler en plein air, en plein ciel, mélange harmonieux d'un élément naturel et d'un matériau industriel pensé par une classe de BTS du 11 eme arrondissement de Paris et réalisé aux Abattoirs de Marseille sous la direction de Philippe Moutte.

Le premier spectacle voit le jour en juin 1993. Un spectacle simple, pur, esthétique où onze fous volants s'élancent dans les airs avec une spontanéité indescriptible. Le tout bercé par les sons étranges d'un violoncelle et d'une voix lyrique. Peu reconnu par la France, il rencontrera un vif succès à l'étranger grâce au soutien de l'AFAA. Les Arts Sauts parcourront tous les continents avant de jouer en France.

Ce premier spectacle aura été joué plus de 400 fois dont les trois quarts à l'étranger. Les Arts Sauts, bien plus qu'un simple spectacle, se revendique depuis le début comme un collectif où chacun a sa place, son espace de parole et de proposition, sans hiérarchie ni pouvoir d'influence, qui fonctionne avant tout sur une dynamique de projet alliant plaisir et rigueur professionnelle.

Les salaires sont identiques pour tous les membres de la compagnie, chacun est un maillon fort et indispensable à cette histoire commune. En 1998, Les Arts Sauts décident d'aller encore plus loin et de recréer un nouveau spectacle qui cette fois-ci, après avoir réalisé un numéro aérien en extérieur, réapprivoise le chapiteau. Ils s'associent à un architecte qui réalise pour eux une bulle gonflable de vingt mètres. Tout en préservant l'essentiel - la magie et l'art du trapèze qui fait la spécificité de la troupe - la recherche du vide, de la hauteur et de l'apesanteur est l'idée première des Arts Sauts. C'est autour de cette discipline que viendront se greffer d'autres éléments artistiques dans la complémentarité et l'enrichissement.

Les numéros deviennent des compositions originales, des chorégraphies où le corps peut développer sa quête, sans théâtralité. Kayassine sera présenté 544 fois -dont 7 fois à Lyon Place Bellecour en 1999 sur une invitation de la Maison de la Danse- toujours avec la même passion. Les Arts Sauts mettent un an à réfléchir à la possibilité d'un nouveau spectacle. C'est en Australie que l'équipe se réunit et parle des dernières expérimentations du trapèze volant. Encore un nouveau rêve, un nouveau défi : travailler le trapèze en croix. Les membres de la troupe ont, pour certains, dix ans de vie commune. Beaucoup d'amour et de complicité les poussent donc à monter Ola Kala en 2003.