Jean-Loup Philippe

Metteur en Scène

Biographie de Jean-Loup Philippe

Jean-Loup Philippe aborde d'abord le théâtre en tant que comédien : à vingt ans, il est le partenaire d'Ingrid Bergman dans Thé et Sympathie, au Théâtre de Paris. Plus de cent rôles, tant modernes que classiques parsèment sa carrière. À trente-quatre ans, il passe à la mise en scène et fonde Le Domaine Poétique avec Robert Filliou, Jean-Clarence Lambert, Brion Gysing, William Burroughs, Gherasim Luca, François Dufrene.

En 1963, pour la Biennale de Paris, il met en scène au musée d'Art Moderne de la ville 23 heures de spectacles expérimentaux de jeunes auteurs d'expression nouvelle. En 1965, création à La Vieille Grille d'une formule alors entièrement nouvelle : le Café Théâtre. Devenu directeur artistique au Théâtre de l'American Center, il réalise de nouvelles expériences théâtrales avec Robert Filliou, Emmet Williams, Bernard Heidsieck, David Guerdon.

En 1970, il présente sa première oeuvre d'auteur dramatique au Lucernaire : Le bas et le haut, suivi de Nu et bleu. En 1972, il adapte et met en scène avec Bo Johanson, L'ombre de Dan de Stig Dagerman à l'hôtel de Marle. Il écrira une trentaine de pièces de théâtre dont certaines seront présentées à Avignon ou dans des théâtres parisiens ainsi qu'à France Culture. Il réalise de nombreuses adaptations radiophoniques.

Comédien, auteur ou metteur en scène, Jean-Loup Philippe sert avec ténacité la poésie de son époque. Ainsi, avec trois spectacles poétiques : Les Temps du Verbe de Jean Tardieu, La nuit remue d'Henri Michaux, et le Spleen de Paris de Baudelaire sur une musique de Liszt interprétée par Alain Kremski. Il participe au lancement de la première Maison de la Poésie de la Ville de Paris.